TUNISIE : À 45 JOURS DES ÉLECTIONS PRÉSIDENTIELLES.

LES CANDIDATS ATTENDENT IMPATIEMMENT LA PROMULGATION OU NON DE LA NOUVELLE LOI ÉLECTORALE LAISSÉE PAR LE  PRÉSIDENT BEJI CAID. PENDANT CE TEMPS, L’ISIE SE PRÉPARE AVEC CÉLÉRITÉ.

 Avant de décéder, Béji Caïd Essebsi avait refusé de promulguer la nouvelle loi qui exige que les candidats respectent individuellement durant les 12 mois précédant le scrutin les mêmes obligations que les partis : pas de fonds étrangers, ni de dons de sociétés, pas de distribution d’aide, ni de publicité politique, interdiction de l’apologie de la dictature. Il estimait “être contre l’exclusion” selon l’un de ses conseillers les plus proches, Noureddine Ben Ticha. Si cette loi est promulguée par le président par interim, cela exclurait certains candidats comme Nabil Karoui, favori des sondages, Olfa Terras-Rambourg ou encore Abir Moussi, un proche du président déchu Ben Ali. Selon le journal le Monde, un des grands enjeux des prochaines semaines, et donc du scrutin, sera de savoir si son successeur, Mohamed Ennaceur, va finalement promulguer cette nouvelle loi électorale ou s’il refusera d’y toucher.

L’Instance supérieure indépendante pour les élections (ISIE) se prépare avec célérité.

Le journal chinois French.people.com relate que 1.572 listes électorales réparties sur 33 circonscriptions en Tunisie et à l’étranger, ont été déposées auprès de l’Instance supérieure indépendante pour les élections (ISIE), a annoncé mardi le président de l’ISIE, Nabil Bafoun, lors d’une rencontre à Tunis avec des représentants des partis politiques et de la société civile. M. Bafoun a fait savoir que 687 listes partisanes, 722 indépendantes et 163 de coalition sont en lice pour les élections législatives du 6 octobre prochain. Le nombre total des candidats dans ces listes s’élève à 15.737 pour 217 sièges à l’Assemblée des représentants du peuple (Parlement). Lors de la réunion, le chef de l’ISIE a par ailleurs exposé le nouveau calendrier électoral, ajusté suite au décès le 25 juillet du président de la République Béji Caïd Essebsi, qui impose un ultimatum de 45 à 90 jours pour tenir l’élection présidentielle anticipée. “La date du 15 septembre est la date la plus réaliste et légale pour organiser l’élection présidentielle anticipée”, a déclaré M. Bafoun aux journalistes, faisant remarquer que “le nouveau calendrier fixé par l’ISIE sera en mesure d’achever l’intégralité du processus dans les 88 jours suivant le début du mandat présidentiel intérimaire et donnera aux candidats le temps de compléter leurs dossiers et de recueillir les recommandations”. Toutefois, a-t-il mis en garde, “si un deuxième tour s’impose, les délais constitutionnels seraient dépassés de 47 jours”.

Pour se faire, le président de l’instance électorale propose d’une part de raccourcir la durée des recours, notamment celle dédiée aux résultats, et d’autre part d’unifier les recours dans les résultats du premier et du second tour de la présidentielle. D’après le nouveau calendrier présidentiel, l’ouverture des candidatures sera le 2 août pour s’étaler sur 8 jours et les candidats auront un délai de 48 heures pour apporter les rectifications et corrections nécessaires en cas de besoin ou de compléter des documents dans leurs dossiers.

Les recours seront traités du 15 au 31 août prochains, après quoi l’ISIE prononcera la liste définitive des candidats à la présidentielle. La campagne électorale présidentielle démarrera le 2 septembre pour se poursuivre jusqu’au 13 septembre seulement (soit 13 jours au lieu de 22 jours initialement). Le 14 septembre sera donc le jour du silence électoral et le 15 septembre sera la date du scrutin. “Les résultats seront annoncés le 17 septembre et, si jamais l’élection du nouveau président se faisait en un seul tour, la durée du mandat présidentiel intérimaire ne sera que de 88 jours”, a estimé le président de l’ISIE. Dans le cadre de l’organisation d’un deuxième tour, la fixation de la date du scrutin “doit être fonction de nombreux paramètres et ne peut pas être déterminée pour le moment (…) cet éventuel deuxième tour devrait avoir lieu le 3 novembre si les délais maximaux prévus par la loi sont épuisés”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *