CAN EGYPTE 2019 : DES EFFORTS RECOMPENSÉS, ALGÉRIE CHAMPIONNE D’AFRIQUE ET SÉNÉGAL PERFORMANT.

 Cela semble logique pour le Sénégal et l’Algérie de se retrouver en final au regard de leur parcours et leurs performances. Retour sur une compétition qui a connue des Innovations, des incertitudes, des révélations et surtout des désillusions. 

Les poulains de Jamel Belmadi ont scellé le score du match à la 79ème secondes (2ème minutes de jeu). Sur une erreur défensive sénégalaise, la tentative lointaine de Baghdad Bounedjah, totalement détournée par le tibia du défenseur sénégalais Salif Sané, a lobé le gardien sénégalais. Un but qui a rapidement sonné le glas pour le Sénégal. C’est sur ce détail que les Fennecs algériens obtiennent leur deuxième sacre vingt-neuf ans après son dernier sacre de 1990. Seul suspens, le penalty sifflé par l’arbitre camerounais Alioum Alioum qui redonne de l’espoir au sénégalais. Mais la VAR introduite en quart de finale prouve le contraire il n’y aura pas de pénalty. Les vaillants coéquipiers de Sadio Mané vont déployer leur jeu pendant les 94 minutes de la rencontre. Mais rien n’y est fait. Aliou Cissé et ses poulains devront se contenter de leurs parcours et performances exceptionnelles lors de cette CAN. Après deux finales disputées, le Sénégal ne réussira pas à briser le signe indien en remportant sa première coupe. L’édition de la coupe d’Afrique des Nations 2019 n’est probablement pas la plus spectaculaire, mais elle rentrera dans l’histoire avec une grande innovation, des incertitudes, des révélations et des désillusions.

L’innovation : de 16 à 24 équipes

2019 aura été d’abord l’année d’une grande innovation pour la Coupe d’Afrique des Nations. Le nombre d’équipe en phase finale est passé de 16 à 24. Même si cela a eu une incidence sur l’organisation en termes d’accueil, il faut reconnaitre que le passage de 16 à 24 équipes a donné la possibilité aux équipes moins connues d’avoir la chance de participer à la compétition. Le mode de qualification quant à lui aux phases finales de la Coupe d’Afrique des Nations, présageait d’ores et déjà, un réaménagement au niveau du déroulement de la compétition préalablement prévue au Cameroun mais qui s’est finalement tenu en Egypte. Lors des précédentes éditions, seuls les premiers des 12 poules se qualifiaient directement en compagnie des trois meilleurs deuxièmes et du pays organisateur. Mais, avec cette nouvelle donne, Les deux premières équipes se sont directement qualifiées à l’exception de la poule du pays organisateur, où c’est la deuxième au classement qui est passée. Ainsi des équipes qu’on attendait le moins comme Madagascar, le Benin ou la Mauritanie ont pu prendre part à la CAN. Un nouveau tour fait aussi son apparition dans la compétition, il s’agit des huitièmes de finale. La CAN 2019 s’est joué avec 6 groupes. Le premier et le deuxième de chaque groupe se qualifient pour le tour suivant. A ces équipes s’ajoutent les 4 meilleurs troisièmes pour former les 16 équipes qui se sont affrontées en huitième de finale. 8 passeront à la trappe et les 8 autres verront les quarts. 4 matches donc, puis 2 en demi-finale, avant la grande finale. La compétition s’étend désormais sur un mois, de quoi régler la question d’oxygénation des équipes, entre deux matchs.

Les incertitudes : L’Égypte le choix de la dernière minute! 

Si cette innovation majeure était certaine, il faut reconnaître que l’organisation de la CAN elle même était incertaine. Le Cameroun, pays choisi par la CAF pour l’organisation de l’édition 2019 avait à plusieurs reprises rassuré les dirigeants de la CAF sur ses capacités organisationnels et non-respect des calendriers. Mais à quelques mois de la compétition et à la suite de plusieurs visites des missions d’inspections de membres de la CAF, le verdict était finalement tombé le vendredi 30 novembre 2018 à la suite d’une réunion extraordinaire du comité exécutif de la CAF tenue à Accra. Motifs, le Cameroun accuse un retard sur les chantiers de la CAN. Même les assistances du président camerounais Paul Biya qui avait déclaré « le Cameroun sera prêt le jour dit » n’auront pas suffit à convaincre les deux missions d’inspections de la CAF. Grosse déception, pertes financières et surtout des révélations de scandales de corruption vont s’en suivre. En attendant, les camerounais garderont le souvenir lointain de 1972 et la consolation de 2021 qui leur est proposé pour l’organisation de la CAN. Pendant que les Camerounais cherchent à contenir leurs émotions, la CAF, elle est déclenché une course à la montre : Qu’elle est le pays qui va abriter la CAN 2019. A quelques mois de la compétition, l’Afrique du SUD, le Maroc et l’Egypte sont sur la liste mais aucun pays ne confirme. Le Maroc, candidat-malheureux à l’organisation de la Coupe du monde 2026 et très influent au sein de la CAF, semble être un recours idéal. Mais le pouvoir marocain n’a pas les mêmes ambitions que sa Fédération de football : il souhaite offrir les meilleurs « jeux olympiques de l’Afrique » de l’histoire. Des Jeux Africains 2019 (19-31 août) prévus seulement quelques semaines après la CAN. Le Maroc n’étant pas postulant, l’Égypte s’engouffre dans la brèche. Les Égyptiens n’ont alors aucun mal à être choisis par la CAF comme remplaçants, face à leur seul adversaire : une Afrique du Sud ayant déposé un dossier faiblard. Nous sommes le 8 janvier 2019 et il reste à peine moins de six mois à l’Égypte pour réussir son pari. Les autorités locales ne lésinent pas sur les moyens. Elles promettent de mettre en place un système de badges (FAN ID) pour les supporters, sur le même modèle que celui utilisé lors de la Coupe du monde 2018 en Russie. Elles comptent déployer 7 000 volontaires et des forces de l’ordre par dizaine de milliers. À la CAF, le comité d’organisation (COCAN) propose une dizaine de grands stades et 24 terrains d’entraînement (un par équipe participante). La Confédération africaine de football retient quatre villes (Le Caire, Alexandrie, Ismaïlia et Suez) et six enceintes pour les matches.

L’exploit des équipes moins connues et désillusion des favoris

Deux équipes se sont particulièrement révélées lors de cette CAN 2019. Il s’agit du Benin et de Madagascar. Même si l’équipe du défenseur du Stade de Reims Thomas Fontaine, n’a rien pu faire face à la Tunisie jeudi 11 juillet au Caire (défaite 3-0) en quart de finale, ce parcours est historique. Madagascar a réalisé un parcours exceptionnel pour une première participation. Les Bareas ont atteint les quarts de finale. Ils avaient même terminés en tête de poule au premier tour en battant le Nigéria (3 0). Ils étaient ensuite venus à bout de la République Démocratique du Congo en huitièmes de finale (2-2, 4-2 après TAB).

Pour la première aussi de leur histoire, les Écureuils, l’équipe nationale de football du Bénin, passent le premier tour lors d’une phase finale de la CAN. Classés meilleurs troisième, les Béninois ont leur billet pour les huitièmes de finale. Une qualification historique célébrée à Cotonou et dans tout le pays. Contre toute attente, le Benin s’impose contre les Lions de l’Atlas en huitième de finale. Les Écureuils accèdent au quart de finale de la compétition pour la première fois et rentrera la tête haute après leur élimination (0 1) face au Sénégal en quart de final. Si la CAN 2019 a une particularité, c’est certainement l’élimination du pays organisateur l’Égypte. Il est de coutume de voir que le pays organisateur souvent poussé par son public se retrouve en finale. Mais cette fois, la règle ne se reproduira pas pour les pharaons ! Les coéquipiers de Mohamed Salah seront stopper net par l’Afrique du Sud (1-0), samedi au Caire. Incroyable! Même les 75 000 spectateurs du stade international n’y peuvent rien. Les dieux ont déjà scellé leur sort. Ils quittent la compétition, la tête basse, dans un scénario rarissime. La seule fois qu’ils avaient perdu un match à élimination directe devant leur public dans la compétition, c’était en demi-finales face au Zaïre en 1974. L’Egypte ne sera pas le seul favori à quitter la compétition. Le Cameroun tenant du titre manquera de concentration et de détermination fasse au Nigéria en Huitième de finale sous le regard nostalgique de Samuel Eto’o. La Côté d’Ivoire, le Ghana, la RDC vont quitter le bateau à la surprise générale. Pourtant, les équipes moins attendues se révèlent. Le Benin fait un parcours remarquable jusqu’en et Madagascar qui prenait par pour la première fois à la compétition fera honneur à son jeune président qui a assisté à tout les matchs. Ainsi s’achève cette édition de la CAN rendez-vous est pris pour 2021 au Cameroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *