CAMEROUN : QUE RETENIR DE LA CARRIÈRE DE FOOTBALLEUR DE SAMUEL ÉTO’O ?

 Après 359 buts en 718 matches toutes compétitions confondues en Club, 118 sélections et 56 buts en équipe nationale, la carrière footballistique de Samuel Éto’o a pris fin le vendredi 6 septembre 2019. Au moment où une nouvelle ère s’ouvre pour lui à la la Confédération africaine de football (CAF), que pouvons-nous retenir de ces vingt années passées sur les stades de football du monde ?

Un génie du football

 Alors que le lion range ses griffes, les hommages pleuvent de partout. Amis, coéquipiers, entraineurs, fans, journalistes reconnaissent unanimement que « SAMY » a été un génie du football mondial. Ses performances, son parcours, ses records resteront à jamais une référence pour plusieurs générations. Considéré comme un des plus grands joueurs africains de tous les temps, Samuel Eto’o Fils a remporté les Jeux olympiques (2000) et deux Coupes d’Afrique des nations (2000, 2002) avec le Cameroun, compétition dont il est le meilleur buteur historique (18 réalisations). Il a disputé quatre Coupes du monde, de 1998 à 2014, et été élu quatre fois Joueur africain de l’année. Dans les stades il a toujours su faire la différence : des dribbles extraordinaires, des accélérations époustouflantes, des buts le plus souvent à couper le souffle ont fait vibrer la planète entière. L’enfant terrible de New-Bell a été un joueur d’un talent inouï, un génie qui a su faire rêver des générations africaines et mondiales. Le nombre de titre et de distinctions qu’il a obtenu tout au long de sa carrière font de lui un véritable génie du football, une légende.

Un parcours difficile

A plusieurs occasions lors des interviews « Samy » est souvent revenu sur son enfance difficile dans la ville de Douala. Ses difficultés au début de sa carrière, lui qui a vécu pendant un certain temps sans papiers à Paris, recalé par quelques clubs français, avant de signer son premier contrat avec le Real Madrid qui lui prêta trois fois sans vraiment miser sur lui.

C’est à Majorque qu’il explosa (2000-2004), avant de vivre ses plus belles heures en club au Barça (2004-2009) et à l’Inter (2009-2011). Sur ce parcours difficile, il a relevé beaucoup de défis, rencontré beaucoup d’obstacles avant de vivre la gloire. Une gloire méritée grâce au travail. Une réussite qu’il partage avec beaucoup de fierté et interpelle les jeunes à croire en leurs rêves et à travailler dur pour les concrétiser. C’est sans doute l’une des choses les plus importantes qu’on retiendra de lui « il faut croire en son rêve ».

 

 

 

 

 

 

Un sportif humble, franc et charismatique

 Ses origines modestes ont fait de lui un homme humble qui n’a pas oublié d’ou il vient. Il a toujours véhiculé l’image d’un sportif humble sur les stades de football. Charismatique, sûr de lui, réputé pour son franc- parler, il avait lâché début 2019 : « Il y a beaucoup de corruption en Afrique. L’argent donné par la CAF et par la FIFA doit être dépensé pour les infrastructures et pour ceux qui font le spectacle ». Il a souvent demandé davantage de considération pour le foot et les joueurs africains. Il estimait ainsi ne pas être reconnu à sa juste valeur en Europe, ne figurant sur aucun podium du Ballon d’Or et récompensé seulement par une 3e place du Joueur-Fifa-de l’année 2005.

Diplomate, il a toujours mis sa notoriété au service de l’intérêt national. On l’a vu plusieurs fois auprès du président Paul Biya lorsqu’il s’agit de dossiers délicats comme l’organisation de la CAN 2019 qui a finalement été retirée au Cameroun malgré son intervention. Proche de plusieurs chefs d’Etat à l’instar d’Ali Bongo, Eto’o est une personnalité respectée dans le monde et sur le contient africain. Il a l’oreille de plusieurs présidents africains comme Alassane Ouattara, celle des hauts responsables de la Confédération Africaine de Football, de plusieurs fédérations africaines et mondiales. Longtemps capitaine des Lions indomptables, il a souvent usé de son influence en équipe nationale et dans les instances pour faire passer ses options, mais il a aussi parfois eu du mal à partir avec certains dirigeants ou sélectionneurs.

Un humaniste dans l’âme

Il a investi et continue d’investir une partie de sa fortune pour les œuvres sociales. La Fondation Samuel Eto’o est une organisation à but non lucratif qui oeuvre essentiellement à aider et soigner la jeunesse, présente dans les régions d’Afrique où les conditions de vie sont précaires, là ou l’éducation est souvent chère avec un manque de transports. C’est pour répondre à ces nombreuses difficultés que la Fondation Eto’o a ouvert plusieurs centres de formation « Fundesport » au Cameroun, un en Afrique de l’Ouest et un autre au Gabon pour offrir à des jeunes défavorisés une éducation gratuite, axée tant sur le sport que sur l’école. Plusieurs jeunes footballeurs ont déjà bénéficié de la formation dispensée dans les centres de la fondation Samuel Éto’o et évoluent déjà au sein de l’équipe nationale. Samuel Éto’o a apporté de manière spontanée son soutien à de nombreuses personnes malades comme l’ancien entraineur des lions indomptables Jean Paul Akono.

Un homme d’ambiance, de scandales et de déboires

 On l’a souvent vu dans des moments d’ambiance avec le groupe X-Maleya, feu DJ Arafat, Kérozéne, Fally Ipupa ou du célèbre Petit Pays. Samuel Éto’o est un homme qui aime le mouvement. Ses détracteurs n’ont pas hésité dans de pareilles circonstances à véhiculer l’image d’un homme qui a beaucoup d’aventures amoureuses allant jusqu’à déchainer des scandales comme l’affaire Nathalie Khoa.

Mêlé à une lutte d’intérêts au sein du pouvoir central de Yaoundé,

Samuel Eto’o n’a pu comme il le voulait développer ses centres de formation au Cameroun. Après avoir été victime d’escroquerie à plusieurs reprises, il décide finalement d’ouvrir un centre de formation au Gabon. Son soutien à Paul Biya lors de la présidentielle du 7 octobre 2018, le refus du drapeau remit par le premier ministre en 2014 lors du départ pour le mondial de 2014 au Brésil, la chute de Set Mobile et de nombreux conflits au sein de la Fédération Camerounaise de Football (FECAFOOT) et des lions indomptables sont là quelques faits qui auront révélés la personnalité complexe du personnage Éto’o.

Une nouvelle carrière

Après 359 buts en 718 matches toutes compétitions de clubs confondues, 118 sélections et 56 buts en équipe nationale, la carrière de footballeur de Samuel Éto’o a pris fin le vendredi 6 septembre 2019. Une institution l’attend d’ores et déjà : la Confédération africaine de football. À la mi-juillet, le président de la CAF, le Malgache Ahmad Ahmad, avait annoncé que le Camerounais Eto’o et l’Ivoirien Drogba, lui aussi fraîchement retraité, allaient devenir ses « collaborateurs », avec « des fonctions officielles ».

« Didier Drogba réfléchira sur l’amélioration du statut du joueur africain. Samuel Eto’o va se charger des relations avec les fédérations et les confédérations », avait-il précisé. Un rôle aux allures politiques pour le début de la nouvelle vie du Lion indomptable. Et un couronnement en marge des terrains dont il est une Icône .

Tara Magazine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *