CAMEROUN : PAUL BIYA ANNONCE L’OUVERTURE D’UN DIALOGUE NATIONAL À LA FIN DU MOIS DE SEPTEMBRE.

Annoncé puis annulé puis reprogrammé, le discours tant attendu du président Paul Biya du Cameroun a été diffusé finalement ce mardi 10 septembre à 20 heures sur les ondes de la télévision nationale CRTV. Seule grande annonce l’ouverture d’un dialogue nationale à la fin du mois de septembre. Le premier ministre chef du gouvernement aura la lourde charge de consulter les différentes composantes de la société et de conduire les échanges. Prendront part à ce dialogue, les intellectuels, hommes politiques, leaders d’opinion et de la société civile, chef des groupes armés, hommes d’églises ainsi que les citoyens camerounais.

Mais avant d’y parvenir Paul Biya se serait demandé avec qui il fallait dialogué dans le passé tout en fustigeant les activistes des réseaux sociaux qui dit-il ont pour la plus part une double nationalité mais s’autoproclame leader sur Facebook et propagent des mots d’ordre en empêchant les élèves d’aller à l’école.

Dans une adresse à la nation qui a duré une demi heure, le président Paul Biya du est revenu sur les origines de la crise anglophone à savoir les revendications corporatistes des enseignants et des avocats. Il a ensuite énuméré les mesures prises par le gouvernement pour répondre à ces revendications. La création d’une section de la Common Law à la cours suprême, la création de la section anglophone à l’ENAM (École Nationale Supérieure de l’Administration et de la magistrature, le recrutement des enseignants bilingue, la création de la Commission du bilinguisme et du multiculturalisme et tout récemment encore la création du comité de désarmement et de réintégration. Le tout, avec l’arrêt des poursuites de plusieurs personnes arrêtées dans le cadre de la crise.

le président camerounais a évoqué les nombreuses conséquences de la guerre dans les régions du Nord Ouest et Sud Ouest avec de nombreux déplacés internes et externes et des milliers de pertes en vie humaines tant du côté des séparatistes que de des forces camerounaises. Il a profité de l’occasion pour adresser des condoléances à toutes les familles des victimes et un réconfort à ceux qui sont encore blessés.

Sur la marginalisation, le chef de l’État fait savoir que depuis 1992, les premiers ministres ont toujours été originaires du nord ouest et du sud ouest. Reste à voir maintenant le déploiement du dialogue dans la pratique quand on sait que des initiatives de dialogues avait déjà été prises dans le passé.

Tara Magazine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *