CAMEROUN: DIALOGUE NATIONAL CABRAL LIBII S’EXPLIQUE SUR SA PROPOSITION DU RÉGIONALISME COMMUNAUTAIRE

 

Accusé par son père politique Chief Milla Assouté de vouloir “ethniciser” le débat sur la forme de L’Etat, Cabral Libii President du Parti Camerounais pour la Réconciliation Nationale et candidat à l’élection présidentielle de 2018 reprecise sa pensée qui est celle du Régionalisme qu’il a baptisé FEDERALISME COMMUNAUTAIRE, élément essentiel selon lui pour sortir le Cameroun de la crise identitaire qui le secoue
Lisons plutôt

MISE AU POINT POUR CHIEF MILA ASSOUTE ET AUTRES

Réduire le fédéralisme communautaire au fédéralisme ethnique est une paresseuse méprise. Le comparer au fédéralisme ethno-linguistique éthiopien est vain, inutile. Les 2 n’ont rien en commun. Si la comparaison consiste à mettre en relief les similitudes et les differences, le fédéralisme éthiopien présente plutôt une similitude avec le fédéralisme anglophone-francophone dont nous connaissons aujourd’hui les conséquences… Il faut donc savoir que l’Ethiopie compte environ 80 ethnies qui se regroupent depuis la constitution de 1995, en 9 Régions (entités fédérées) constituées à partir de l’affinité linguistique. L’Ethiopie en est arrivée à cette solution jugée équitable a l’époque, parce que le pays a longtemps souffert (de 1941 à 1991) de l’hégémonie d’un seul groupe ethno-linguistique: les Amhara. Menelik II et le dictateur Hailé Sélassié étaient Amhara. C’est leur tentative de “Amharaïsation” de l’Ethiopie qui provoqua tout naturellement la révolte des “assimilés”. Révolte dont les rebondissements surviennent de temps en temps. On paie toujours les erreurs de l’histoire. Le Cameroun en sait maintenant quelque chose…
Alors, notre offre anticipe justement sur les erreurs historiques qui fragilisent encore le modèle éthiopien. NOUS PROPOSONS UN VASTE CHANTIER D’INTEGRATION NATIONALE que l’Ethiopie peine à mettre en oeuvre, car “de-amhariser” est devenu si difficile.
Nous proposons comment sortir de la captivité “anglophone-francophone”. Le premier pas est de donner une identité à nos Régions comme on a essayé de le faire pour les communes et les départements. C’est le Régionalisme identitaire ou le fédéralisme communautaire.
Croyez-moi l’Ethiopie s’inspirera de nous!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *